Natiyabel (REF 583)

Martinique / Sainte Anne

Dernière mise à jour 26/06/2013

Natiyabel, la Nature est belle…

Le nom de ce Club de Plongée révèle

l'état d'esprit qui anime Alex et son équipe :

Vous faire découvrir les merveilles du monde sous-marin

en veillant au respect du milieu aquatique, si fragile.

 

Enfilez votre combinaison, et plongez sur les plus beaux sites du Sud de la Martinique pour y découvrir tortues marines, coraux et autres perroquets...

 

Le Club Natiyabel propose également, aux amoureux de la nature, d'autres activités de découverte dans la région.

Présentation

Natiyabel, la Nature est belle…

Le nom de ce Club de Plongée révèle

l'état d'esprit qui anime Alex et son équipe :

Vous faire découvrir les merveilles du monde sous-marin

en veillant au respect du milieu aquatique, si fragile.

 

Enfilez votre combinaison, et plongez sur les plus beaux sites du Sud de la Martinique pour y découvrir tortues marines, coraux et autres perroquets...

 

Le Club Natiyabel propose également, aux amoureux de la nature, d'autres activités de découverte dans la région.

Natiyabel propose des baptêmes de plongée et des formations aux différents niveaux mais organisent également des randonnées dans le Nord de l’île et des sorties en Kayak. Parce que nati ya bel… sous tous ses angles.

Alex vous invite dans son monde, et vous fera partager sa passion pour la beauté de son île aux fleurs… et milles merveilles sous-marines.

Vous pourrez approcher les poissons et presque les toucher....

L’aventure commence à terre. Le club est aménagé dans une ancienne case de pêcheurs, sur le front de mer de Sainte-Anne, derrière le marché. Les blocs (bouteilles et gilets) sont déjà prêts ; les plongeurs en herbe ont déjà enfilé leur combinaison. « Voilà le détendeur », explique le moniteur. Vous devrez le serrer entre vos dents ; il vous permettra de respirer sous l’eau ».

En route ! L’équipe a transporté tout le matériel sur le Natiyabel. Il ne reste plus qu’à embarquer sur le semi-rigide du nom du club.

Où va-t-on ?

La pointe Borgnèse ?

Le lieu-dit Les Demoiselles ?

La caille de Sainte-Luce ?

« Nous nous arrêterons là où l’eau sera la plus claire », répond le capitaine.

Son sourire trahit sa passion. Derrière ses lunettes, ses yeux scintillent au seul regard posé sur ces enfants, à l’avant du bateau, à qui il s’apprête à faire découvrir, pour la première fois de leur vie, ce monde sous la surface de l’eau.

Le moteur du bateau s’arrête.

A bord, les accompagnateurs s’équipent. Ils remontent la fermeture dorsale de leur combinaison, enfilent les blocs, ferment la ceinture, et vérifient qu’il y a de l’air dans la bouteille. Des gestes bien rôdés.

Mais au fait… pourquoi une combinaison ? En surface, l’eau de la Caraïbe est chaude

( 27°- 30° ), mais à quelques mètres de profondeur, le froid se fait sentir sur les longues plongées. « Elle permet aussi de se protéger contre les fonds eux-mêmes.», explique Julie, avant de mettre son masque.

De l’autre côté du Natiyabel, assise sur le bord du bateau, Aline, une plongeuse autonome bascule en arrière,

la main sur le masque.

Tout est ok, et un seul geste suffit pour le dire : former un cercle avec le pouce et l’index.

Les plongeurs avertis sont à l’eau. Au tour des explorateurs en herbe de commencer leur baptême. Avant de mettre la tête sous l’eau, Alex rappelle les consignes de sécurité qu’il a déjà données à terre : « si tu sens la moindre gêne au niveau des oreilles, tu te pinces le nez et tu souffles. C’est pour décompresser. Pour nager, tu te tiens à l’horizontale »

Le plus important, ce sont les oreilles. « Tu peux tout oublier, sauf ça », insiste le plongeur aguerri. : « Si tu as mal, tu me préviens. Tu te rappelles du signe ? » Il oscille de la main, montre ses oreilles et montre la surface avec son pouce.

« Dans ce cas, on remontera doucement ».

Après avoir rappelé ces dernières règles, il conclut, sourire aux lèvres : « Le reste, ce n’est que du confort et de la balade ». C’est parti. Ne prenez pas votre respiration et plongez la tête sous l’eau. Dirigé par le moniteur, on commence à descendre les paliers… tout doucement. Les premières créatures des fonds marins viennent nous saluer.

Entre deux eaux, on croise un escadron de calmars. Ils sont si bien alignés, immobiles, imperturbables. Ni le courant, ni notre présence ne les font se déplacer. Seule bouge leur robe d’or et de paillettes.

On descend un peu plus. Le rêve bleu se poursuit. Derrière un éventail de Vénus (une gorgone), un chirurgien se faufile. Alex nous fait avancer doucement, sans mouvement brusque, pour ne pas effrayer la faune. Qui observe l’autre ? Son regard semble rivé sur nous.

On contourne un rocher et rencontre un poisson coffre mouton. Savait-il que nous venions ? Il semble s’être apprêté pour l’occasion : du bleu sur les yeux, du rose sur « les lèvres », une robe à points blancs et des nageoires en rayons de soleil. Il est reconnaissable parmi tous les autres.

Plus coloré et original qu’une composition florale, le fond de la mer des Caraïbes offre un spectacle lumineux, époustouflant. Sur un récif, s’est accrochée une comatule dorée (photo). Un peu plus loin, Alex pointe des vers tubicoles et des « arbres de Noël » sur un rocher et nous invite à approcher le doigt. Les vers se rétractent. Surprenant !

Au milieu d’un banc de poissons, dans cette bulle d’eau, impossible de savoir l’heure qu’il est, le temps passé sous l'eau, la profondeur à laquelle on se trouve. Les accompagnateurs s’occupent de ces détails d’importance pour nous. On écoute. Le silence, le mouvement de l’eau, les bulles qui s’échappent du détendeur.

Alex nous l’avait promis : « je vous emmène jouer avec les poissons, les taquiner. Il faudra essayer d’agiter vos doigts devant eux ». Vous en doutiez ? Les poissons ne sont pas des animaux domestiques… mais certains sont si proches qu’ils semblent nous inviter à danser. Les demoiselles sont particulièrement familières. Elles n’hésitent pas à picorer le bout de nos doigts ou de nos orteils.

D’autres, les perroquets et les girelles, sont plus fuyants. Ils se laissent moins approcher, continuent leur routine, malgré notre présence. Ils se faufilent entre les coraux. Mais difficile de jouer à cache-cache quand on est si coloré de jaune, de bleu ou d’orange vif !

Au milieu de ces arcs-en-ciel, un poisson chevalier passe, vêtu de noir et de blanc. Majestueux. D’autres, comme les poissons papillon pyjama ou les sergents majors s’habillent de rayures noires et blanches. Les moniteurs de plongée vous apprendront à les reconnaître.

Cet aperçu vous a donné des envies de voyage sous-marin ? Rendez-vous chez Natiyabel, à Sainte-Anne, en Martinique. Chaque expédition est une expérience unique. Si vous êtes vraiment chanceux, vous nagerez peut-être au-dessus d’une raie…

... Ou en compagnie d’une tortue. Trois espèces évoluent dans les eaux turquoises de notre île : la tortue imbriquée, la Caouanne et la Verte. Si vous venez en période de ponte, entre mai et août, vous aurez peut-être l’opportunité d’observer la plus grande d’entre elles : la tortue Luth. Mais ce sera sur la plage, plutôt qu’en plongée.

Alex et toute l’équipe de Natiyabel sauront vous renseigner sur la faune et la flore de Martinique, qu’elles soient aquatiques ou terrestres.

N’hésitez pas à leur rendre visite

et vous saurez ce que signifie vraiment l’expression

« comme un poisson dans l’eau ».

 

Crédit photos aquatiques : François Jacaria

Contacter le propriétaire
Natiyabel

NATIYABEL

Derrière le Marché de Sainte-Anne

97 227 SAINTE-ANNE

Contact téléphonique

0696366301

CONTACTER LE PROPRIETAIRE
RESERVER
Vidéo
Carte
Commentaires
Ma sélection 0